petitanim
Pour une diffusion plus large : Envoyez-nous vos infos, vos nouvelles, vos blagues, vos anecdotes, vos événements, vos caricatures .............
Lundi 25 Septembre 2017
Du mardi 10 octobre 2017 au dimanche 7 janvier 2018
TAHAR BEN JELLOUN "J'ESSAIE DE PEINDRE LA LUMIERE DU MONDE"

On le savait ancien professeur de philosophie, romancier, essayiste et poète à ses heures. On connaît moins le Tahar Ben Jelloun peintre. L'Institut du monde arabe lui donne carte blanche pour présenter une création en devenir – il a pris le pinceau en 2013 – qui réunit ses travaux sur toile et papier, mis en regard d'œuvres d’artistes qu’il aime et confrontés à ses manuscrits

Tahar Ben Jelloun a écrit sur différents peintres et sculpteurs, marocains (Belkahia, Bellamine, Chaïbia, Gharbaoui, Kacimi…) ou non (Matisse, Giacometti, Claudio Bravo, Mimmo Rotella…), vivants ou morts ; il a beaucoup regardé les œuvres. Si, comme il le dit, il a toujours griffonné et dessiné, ce n’est que depuis 2013 qu’il peint. D’abord en coloriant, à la demande d’un ami, ses dessins agrandis, puis en abordant la toile blanche. La peinture est devenue pour lui un travail, comme l’est l’écriture. Un style s’affirme au fur et à mesure qu’il approfondit et décline le motif : une porte, un marabout. Il gagne en confiance, il est heureux d’attaquer une toile, même s’il a conscience d’être en train d’apprendre à peindre d’une manière plus sérieuse.

Tahar Ben Jelloun écrit sur la douleur du monde, son œuvre littéraire est née d’un drame. En revanche il n’y a pas de drame derrière sa peinture ; elle est une joie retrouvée. C’est à la découverte d’une création en devenir qu’invite l’exposition ; elle réunit ses travaux sur toile et papier en les mettant en regard de quelques œuvres d’artistes qu’il aime. Elle confronte également ces travaux à ses manuscrits pour dévoiler, un peu, les deux faces de l’homme.

« Ce qui éclate au grand jour dans la peinture / C’est la liberté / Peindre le monde / Deviner l’âme tourmentée de l’homme / La couvrir de formes et de couleurs / Sans suivre un cheval fou / Sans répondre aux injonctions morales / C’est cela l’éclat de la liberté. / L’artiste n’a de compte à rendre qu’à sa propre nuit. » Tahar Ben Jelloun, “Poème”, 2017

Dans le cadre de la carte blanche à Tahar Ben Jelloun

20, 21 et 22 octobre 2017
Rencontres avec des élèves dans l’exposition
Rencontres avec des auteurs (Leila Slimani, Abd el Malik…) à la bibliothèque (entrée niveau 1)
Dialogues avec Jean-Claude Carrière, lectures et projections à l’auditorium (niveau -2)
Un livre catalogue publié par Gallimard accompagne l’exposition.

Plus d'infosici


Institut du monde arabe 1 Rue des Fossés Saint-Bernard, 75005 Paris


Telephonearabe 2005-2014